Une démarche inclusive en Aveyron : Des masques transparents pour «se rapprocher » des enfants

La situation sanitaire actuelle est inédite. Par mesure de prévention et de sécurité elle impose à chaque personne de porter un masque au quotidien. Pour les professionnels de l’accueil (assistant·e·s maternel·le·s, crèches, centre de loisirs, accueils de jeunes) cet équipement met malheureusement une distance dans l’accompagnement de tous les enfants notamment ceux en situation de handicap ou à besoins spécifiques. Ils représentent ainsi une barrière supplémentaire à la communication ainsi qu’un frein à la reconnaissance physique des adultes. 

Le Plan Action Handicap, Pôle d’Appui et de Ressources de l’Aveyron, en partenariat avec la CAF et la Fédération Familles Rurales, a ainsi investi dans l’achat de ces masques. A ce jour, près de 200 masques ont pu être distribués sur l’ensemble du territoire.

Les masques sélectionnés sont ceux conçus par APF France Handicap, réseau d’entreprises adaptées, d’établissements et de service d’aide par le travail. D’autres fabricants de masques à fenêtres homologués par la DGA sont listés sur https://www.entreprises.gouv.fr/fr/covid-19/covid-19-informations-relatives-aux-masques-grand-public

Ils doivent permettre aux professionnels de faciliter leur travail auprès des enfants en situation de handicap, ou avec des besoins spécifiques qui sont accueillis dans leur structure.

La communication avec les personnes sourdes ou malentendantes :

Selon la Fondation pour l’Audition : « Plus de 50% de la transmission d’un message verbal passe par l’impression visuelle. Ainsi, le masque transparent a un impact positif sur la vie de tous les citoyens. Il permet, entre autres, de renouer avec des interactions plus inclusives pour les personnes sourdes ou malentendantes et pour tout·e·s celles et ceux qui ont besoin de lire sur les lèvres et de voir les expressions pour mieux comprendre ce qu’un·e interlocuteur·trice dit. »

Un masque a été distribué à Magali, animatrice du RAM du pays Ségali, pour un entretien avec une maman. Cet équipement a permis à cette maman, malentendante à 99%, qui lit sur les lèvres, de pouvoir participer de façon autonome à cet entretien. De plus, l’accessibilité de la communication permise par le masque a encouragé cette dame à venir aux haltes jeux du RAM.

 

L’importance de l’imitation dans le développement du langage :

Les enfants peuvent être accueillis plus de 10 heures par jour par des adultes masqués. On peut alors s’interroger sur l’impact dans le développement du langage chez l’enfant. Le ministère de la Santé et de la Solidarité dans son rapport des 1000 premiers jours indique que : « le langage occupe une place cruciale dans l’environnement du bébé car il est non seulement une des expressions du plaisir de l’échange, mais aussi un des vecteurs essentiels de l’apprentissage conceptuel. Pour être efficace, il faut que le bébé maitrise trois niveaux : le niveau social (à qui je parle), le niveau conceptuel (ce que je dis) et le niveau linguistique (la manière dont je le dit dans ma langue) »

L’enfant doit pouvoir observer et imiter les adultes qui s’adressent à lui.

« Les enfants de plus de 2 ans et demi, qui viennent aux haltes jeux, me sourient plus facilement, un jeu de mimétisme se met en place » comme nous l’explique Magali, du RAM du Pays Ségali.

 

Une meilleure réciprocité dans les émotions

Les masques à fenêtre rendent plus visible l’expression du visage et donc des émotions. Le langage non-verbal est une part importante dans notre communication.

Marlène, directrice de l’accueil de loisirs de Flavin nous rapporte la parole d’un enfant découvrant les masques : « maintenant on voit si tu boudes derrière ton masque ! ». Elle et son équipe ont choisi de privilégier les temps d’accueil du matin.

Tous en sont très satisfaits et notamment les familles qui apprécient de voir leur enfants accueillis avec le sourire de leurs animateurs. La structure envisage de s’équiper par ses propres moyens de suffisamment de masques pour pouvoir les utiliser toute la journée.

 

La communication avec les personnes ayant un trouble du neurodéveloppement

Les troubles du neurodéveloppement recouvrent un ensemble de handicaps tels que l’autisme, le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H) ou les troubles « dys ». Ces fonctionnements cérébraux peuvent entrainer un déficit de communication avec notamment des difficultés dans la compréhension du langage non verbal. Lorsqu’un interlocuteur est masqué, une part importante de son visage et de son expression l’est aussi, accentuant la difficulté de décryptage du message. Cette visibilité partielle du visage parasite la réciprocité, l’attention conjointe et l’apprentissage des habiletés sociales. Les travailleurs sociaux du Plan Action Handicap l’utilisent lors de leurs accompagnements : « Nous observons que les enfants ayant un trouble du neurodéveloppement, perçoivent mieux l’intention de nos messages, par exemple ils comprennent mieux si nous jouons avec eux, ou si nous leur rappelons une règle. »

Olivier Véran, ministre de la santé, a récemment annoncé la distribution de 3 masques à fenêtres pour chaque professionnel·le de la petite enfance (Hors Assistant·es maternel·les, pour qui le port du masque, en présence des enfants, n’est pas obligatoire)

Pour le Plan Action Handicap, ces masques sont essentiels au bon accueil des enfants ou des familles en situation de handicap. Ils se montrent de toute façon très pertinents pour l’accompagnement de tous les enfants dans leur développement, quelques soient leurs besoins spécifiques.

 

 

Mentions légales | Monenfant.fr | Plan du site
WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com